« Indignez-vous » : l’appel de Stéphane Hessel à la jeunesse haïtienne

« Indignez-vous ! » est le titre d’un bref essai de 32 pages, écrit par Stéphane Hessel, publié en 2010 chez les éditions Indigène. L’homme de 93 ans d’alors, lance un appel, à l’humanité en général et à la jeunesse en particulier, à l’indignation.

Diplomate et militant politique français, Stéphane Hessel commence son livre, Indignez-vous !, par une présentation de ses expériences. Il montre combien sa jeunesse a été difficile, marquée par la deuxième guerre mondiale, des situations désastreuses en matière de droits de l’homme, et comment il a contribué dans la création d’un monde plus juste, par la résistance. Il poursuit pour montrer que le motif même de la résistance est l’indignation. Par rapport à la passivité de la jeunesse d’aujourd’hui, l’auteur nous exhorte à ne pas démissionner, « ni se laisser impressionner par l’actuelle dictature internationale des marchés financiers qui menace la paix et la démocratie ». Il souhaite que nous ayons tous un motif d’indignation. Et, cette indignation nous permettra de devenir militants, forts et engagés.

L’auteur cite l’influence de Sartre sur sa pensée, et surtout, ce dernier lui a permis de voir sa responsabilité, la nécessité d’être indigné comme individu. Il ne faut pas s’en remettre ni à un pouvoir, ni à un dieu, au contraire, « il faut s’engager au nom de la responsabilité de personne humaine », exhorte-t-il. Sinon, on est dans l’indifférence qui est le pire des attitudes à adopter dans ce monde. En effet, on perd l’une des composantes essentielles de l’humain ; la faculté d’indignation, et l’engagement qui en est la conséquence.

S’engager, mais comment ? À cette question, l’auteur fait, en premier lieu, une lecture de Sartre qui nous propose la violence comme solution à la violence de ce monde, une idée qu’il partage en partie. En second lieu, il exhorte de préférence à la non-violence, selon lui, qui est le moyen le plus sûr. En fait, Hessel opte pour un changement opéré dans la paix. « Appelons-nous à une véritable insurrection pacifique », écrit-il, ce qui ne donne pas de résultat satisfaisant dans le cas de notre pays.

Jeunes haïtiens, Hessel nous invite à regarder autour de nous, afin de trouver les multiples raisons de s’indigner : le traitement des immigrés, des sans-papiers. Et nous pouvons ajouter, l’insalubrité, la misère, et surtout le vol et la corruption dans les institutions étatiques.

Hessel est mort. Écoutons encore sa voix qui résonne au fond de nous ! Il nous dit : « Vous trouverez des situations concrètes qui vous amènent à donner cours à une action citoyenne forte. Cherchez et vous trouverez ! » Il est encore là. Et son regard nous invite à créer, car « créer, c’est résister. Résister, c’est créer. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :