Fesses bombées ou plates : comment sommes-nous arrivés là ?

La beauté est une construction sociale. À chaque époque, l’homme construit son idéal de beauté, ses préférences. Une doctrine, ou encore une idéologie, peut proposer le goût des individus qui s’y adhèrent. On pourrait prendre l’exemple du mouvement « Rasta » où l’on est végétarien. Au fur et à mesure on s’adonne à la consommation végétale, les autres types de mets n’auront pas le même niveau d’agréabilité. En fait, on forge un idéaltype du goût. Alors, sont délicieux, tous ceux qui proviennent des végétales.

-913320_w767h767c1cx1367cy905.jpg
Fesses d’une femme…

En effectuant un regard panoramique sur la construction de la beauté, on pourrait s’arrêter sur l’apport du christianisme. Etant une philosophie religieuse qui transperce, elle a primé le visage comme l’outil de mesure de la beauté. C’est pourquoi, durant l’ère hégémonique chrétienne, les autres parties du corps n’étaient pas valorisées. La fesse, l’une des plus subalternisée, était conçue comme la partie honteuse, méprisée. Pourtant, après son dévoilement, la fesse devenait un élément indispensable dans l’ensemble qui forme la beauté.

Au début, la rondeur était primée. Elle était la résultante d’une très bonne alimentation, disons de la consommation de beauté d’aliments. Or, seule les riches pouvaient avoir de la nourriture en abondance. En effet, la rondeur était liée à la richesse. Tout le monde était à la quête d’un corps rond.

Ce n’est qu’au XIXème siècle que l’on a, dans une logique gestionnaire et sanitaire, modélisé l’alimentation idéale. Ce nouveau régime prônait une alimentation pour un corps ultra-mince. Dès lors, cette conception bouleverse le monde des fesses. On est tous en route pour des fesses minces. Ce voyage n’était pas débuté aussi simple que nous pouvons le prétendre. D’aucuns pensent que les magazines ont joué leur partitions.

Depuis des décennies, les magazines, mais aussi les missosologies, attirent de plus ample regards. On les considère comme des outils de prescription de la beauté idéale. Du fait que, leurs couvertures sont masquées de femmes. Et, ces femmes sont ultra-minces. Ce modèle est suivi par de nombreuses femmes. Son pouvoir s’étalait sur l’Occident. À un certain moment, cette beauté fessière idéale, la minceur, était à la conquête des fesses du Sud.

Malgré armée des médias, du cinéma, et d’une pléiade de tout l’arsenal du soft power, cette conquête s’échoue. Pour la minceur, le sol brésilien représente un croque. En revanche, le Sud passe à l’attaque avec ses fesses bombées. De là débute une lutte pour la reconnaissance sur la scène des fesses. Les bombées octroient des places importantes. Surtout avec des stars, d’origine sudiste, comme Nicki Minaj, ou encore Shakira, qui brillent avec l’apport de leurs fesses.

[…]

Micky-Love Myrtho Mocombe

01•09•2018

3 commentaires sur “Fesses bombées ou plates : comment sommes-nous arrivés là ?

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :